Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 18:49


Dans la catégorie "On marche sur la tête" ...

Je pourrais vous parler des melons qui poussent ici sur des centaines d'hectares, se font emballer en cagettes direction Rungis et reviennent dans les supermarchés du coin quelques jours plus tard ... après 2000 km de transport en camions et une bonne augmentation du prix ....

Ou des légumes (je ne sais plus lesquels) que l'on fait pousser hors-sol du côté de Naples ...

Et aussi des haricots verts chinois qui commencent d'envahir nos rayons de surgelés ...


Mais ce soir, sur France 5, à 20h30, est diffusé le documentaire de Béatrice Limare, "La rançon de la fraise", qui vient souligner en images les différents articles que Claude-Marie Vadrot a publiés à ce sujet pour Politis depuis 2007, après qu'il ait pris connaissance d'une initiative de WWF d'aller voir de plus près d'où venaient ces fruits sans saveur apparaissant sur les étals de supermarchés dès Janvier.
Vous pouvez lire une version actualisée et en accès libre ici ; ce premier article avait fait le tour du Net à l'époque. Le 6 mai dernier, M. Vadrot a publié un nouvel article passant la bonne nouvelle que la consommation de ces fraises avait chuté d'un tiers face à la méfiance des consommateurs  -  mais ajoutant au passage que certains producteurs français avaient pris la relève en utilisant les mêmes méthodes et les mêmes produits.

Quelques faits et chiffres pour comprendre ce cauchemar :
* en 2008, c'étaient quelques 90000 tonnes de ces fraises andalouses qui se déversaient en France, à raison de 10 tonnes par camion parcourant 1500 km minimum, rien qu'à l'aller.  (= 9000 voyages X rejets de CO2 ...)
* alors que le fraisier est une plante vivace pouvant vivre et produire (voire se reproduire, selon les espèces) durant plusieurs années, les plants utilisés dans cette industrie sont détruits en fin de "saison" ; de nouveaux plants sont mis au frigo en plein été afin d'accélerer leur développement, puis installés, à l'automne, sur du plastique noir dans des serres montées sur des terres préalablement nettoyées et stérilisées au bromure de méthyle (définitivement interdit depuis 2005) et à la chloropicrine (autre poison provoquant de graves troubles pulmonaires). Ensuite, les fraisiers sont biberonnés 24 heures sur 24 à l'engrais, aux pesticides et aux fongicides.
* 6000 hectares dédiés à cette seule "culture", aux abords du parc national de Doñana (fabuleuse réserve d'oiseaux migrateurs et nicheurs) ; il semble même que certaines exploitations empiètent illégalement sur ce parc, et par ailleurs, 2000 hectares de forêts ont été rasés à cet effet.
* l'eau provient en partie de forages plus ou moins autorisés, et est prélevée dans des quantités telles que la région est menacée d'assèchement ... sans parler de la pollution des eaux souterraines et des sols qui s'accumule peu à peu
* en fin de "saison", environ 5000 tonnes de plastiques sont brûlées sur place, ou enfouies un peu n'importe où, ou simplement laissées aux caprices des vents  (l'on sait notamment ce que les dauphins en font ... ils les avalent et meurent ensuite de ne plus pouvoir se nourrir ...)

Et c'est sans parler de la main d'oeuvre marocaine ou roumaine employée pour un salaire de misère, en échange d'un logement précaire où l'on brûle le plastique pour se réchauffer le soir ... et de l'augmentation de nombreuses maladies respiratoires / de peau.

Devant la catastrophe écologique qui semble menacer, la médiatisation de plus en plus gênante, la chute de la consommation, l'avenir est déjà là : délocalisation au Maroc, avec des méthodes à peu près similaires ... avant de commander des fraises chinoises ...

Certes, ces articles de presse et ce documentaire pointent du doigt l'Espagne. Ce qui permet d'ouvrir les yeux à des citoyens de plus en plus nombreux à ne plus vouloir consommer de cette saloperie, qu'a même pas le goût à la fraise.
Le problème, grandissant, et décourageant parfois, c'est que cette même manière de marcher sur la tête touche des régions françaises (la garriguette périgourdine en provenance de Vergt (24) semble avoir également poussé dans des terres nettoyées au bromure de méthyle, par exemple ...), d'autres régions d'Europe et du monde ... et à peu près tout ce qu'on mange....
Ouais ... ça devient carrément fatigant de se poser des questions à chaque achat.
Et je pense à l'une de ces remarques de Pierre Rahbi, piochée dans la vidéo que Fée des Agrumes avait postée :

Bientôt, on ne se souhaitera plus "bon appétit!", mais "bon courage!"


ou "Bonne chance!!"




Et le rêve de la fraise, alors??

Ben, c'est de pousser dans le jardin de mariev, avec de l'eau quand elle y pense, zéro produits, un don aux escargots et mini-limaces, beaucoup d'amour et d'admiration ... ce qui donne une production d'environ 500 grammes tous les 3 ou 4 jours

Ou de pousser dans une jardinière sur un balcon ou un rebord de fenêtre (avec un peu plus d'eau, quand même, hein ...)
Si, si ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fee+desagrumes 28/05/2009 22:56

"Faire un potager est un acte de résistance" dit pareillement Pierre Rahbi. Pourtant, comment en avoir quand il n'y a pas de terre disponible pour ça? Et quelle honte que de voir ceux qui cultivent gazon stérile et thuyas autour de leur pavillon abattant des arbres "contraignants" ( à feuilles à fruits)!  Où sont les potagers et les arbres à fruits? Bon, ben, il y a effectivemetn les amap, des listes d'attente interminables pour les jardins ouvriers (quand ils ne sont pas rasés pour faire place à des zones commerciales). Et surtout, la possibilité de prendre nos responsabilités dans nos gestes quotidiens. RESISTONS et réfléchissons, ce qui a le don d'énerver, non?  Bonne nuit

mariev 02/06/2009 20:53


je suis bien d'accord, et "l'agriculture" dans sa plus large acception devrait revenir à ce sens premier du partage et de la juste proportion
j'vais t'dire : si un jour je gagne un maximum de pognon, j'achèterai des terres pour ça, et tout le monde viendra y cultiver ses choux ... na!
pourquoi ne met-on pas des fruitiers dans les espaces publics?
parce que ça serait sale, avec les fruits qui tombent parterre?
ben ... y'en aurait pas ... vu qu'ils auraient pas le temps de tomber, les fruits ... Bon, peut-être (l'homme pouvant être très con) y'aurait des bagarres ... Ah ben non, parce qu'on aurait
embauché des gens pour veiller à la juste répartition des récoltes ...
Mais où je vais!!?? 

tout acte, avec ou sans terre, avec ou sans 3000 euros par mois, a une portée     ;)


morsli 28/05/2009 20:04

Hervé a raison de souligner la situation d'esclaves des travailleurs marocains employés dans ces "cultures" si on peut appeler cela ainsi ! ces fraises n'ont aucune odeur et j'imagine aucune saveur : donc produire de la caca tout en polluant, exploitant et escroquant, c'est un peu fort de café.Bises Mariev.

mariev 02/06/2009 20:43


si, si, en fait, elles sentent souvent très bon ... astuce scientifico-commerciale!!
en revanche, la saveur n'y est guère, c'est clair ...
mais ... caca est le mot!
;)


véron 28/05/2009 17:01

article triste mais utile . Même si on ne peut pas dire "on ne savait pas " un petit  rappel est toujours utile des fois que ...j'ai renoncé à avoir des plants dans mon jardin . Trop  d'ombre , trop de tortues , trop de limaces  . soit je me passe de fraise  soit j'achète quand elles  semblent "clean" (certitude difficile comme pour beaucoup d'autres fruits et légumes )

mariev 02/06/2009 20:40


tu sais que j'ai quelques chevaux de bataille pas très gais ...
c'est dommage que tu ne puisses en faire pousser, mais ceci dit ... ça ne dure qu'un temps, alors qu'au supermarché, ça dure des semaines ... donc je vais devoir bientôt faire comme toi : choisir
des fraises qui semblent "clean" ... soit ce sera bio, soit, au minimum, en production locale sur le marché de mon village ... mais je pourrais aussi me passer de fraises
oui ... "choix" est le mot : savoir faire quelques choix, en toute connaissance de cause, et en cohérence    ;)


joye 28/05/2009 14:13

Je me demande si la cannelle n'est pas aussi un produit à boycotter ?Au revoir les cinnamon rolls ! 

mariev 28/05/2009 15:40


de la mesure en toute chose, Joye ... si ta cannelle est bio, c'est déjà énorme, pour la terre    

ça va pas la tête, ne plus faire de cinnamon rolls??     ;)


felix 28/05/2009 07:23

Comme Bootle, je constate que tu ramene Ta fraise . Moi aussi je suis partant pour la gouter chez toi Alors ? il en reste assez pour tout le monde ? Les cultures hors sol d'espagne sont en train d'emigrer vers le Maroc , les sols s'epuisent et la main d'oeuvre à pas cher expliquant la chose. Mais tant qu'on acherera ce type de culture , il n'y a pas de raison que ca change . en achetant on cautionne le systeme le systeme et on s'intoxique ! 

mariev 28/05/2009 15:38


qu'est-ce qu'elle a, ma Fraise ... à part vous faire baver, mhmhmh?!!

de l'intérêt de boycotter!!     ;)


Vous Êtes Ici...

Avec...

  • mariev
  • écrire, lire, rêver, dessiner, planter des fraises et des petits pois, enseigner, écouter de la musique, observer les fourmis, chanter, casser des trucs; des fois faire le ménage et payer les factures
  • écrire, lire, rêver, dessiner, planter des fraises et des petits pois, enseigner, écouter de la musique, observer les fourmis, chanter, casser des trucs; des fois faire le ménage et payer les factures